Les jardins potagers gagnent du terrain sur le lieu de travail.

5 juin 2020

Kasha Ströh, décoratrice d’intérieur chez Tétris Afrique du Sud, explique comment les jardins de bureaux font germer l’implication des employés et l’esprit de groupe.

Le vert est sans aucun doute plus que jamais d’actualité et de nombreux bureaux modernes ont pour mission d’adopter le développement durable et une perspective plus écologique. C’est dans ce contexte que la tendance des « fermes urbaines » ou des jardins d’entreprise se développe. 

Ces jardins de plantes et/ou de légumes remplissent plusieurs objectifs. Non seulement ils sont appréciés pour leur esthétique, mais la récolte de légumes frais est un bonus supplémentaire pour les employés. Imaginez-vous  sur la terrasse du toit de votre immeuble de travail pour cueillir du basilic frais pour votre salade de ce soir. Vous faites une pause, prenez l’air, entrez en contact avec la nature et profitez de la récolte biologique.

Et il n’y a pas que les toits sur les lesquels poussent les légumes. Les entreprises mettent en place des jardins d’herbes aromatiques verticaux, plantent des salades dans les cours ensoleillées ou les conteneurs des zones de pause pour donner aux employés plus d’espaces verts. Par exemple, en 2018, la chaîne de magasins QVC UK a lancé son premier jardin d’entreprise pour que les employés puissent cultiver leurs propres fruits et légumes. Et en 2017, ENGIE a lancé le premier jardin potager urbain de l’IdO à Bruxelles pour aider les employés souffrant de surmenage.

À Paris, le Stream Building accueille sur son toit un jardin potager de 1 200 m², dont les légumes, les herbes et les fleurs sont vendus dans une épicerie sans emballage, ou utilisés par les restaurants au pied du bâtiment. On y cultive également du houblon (qui assure la protection thermique de la façade sud en été), qui est brassé sur place pour produire une bière locale.

Au lieu d’introduire de la verdure simplement parce qu’elle est belle et purifie l’air, la végétalisation potagère présente un tas d’ avantages complémentaires. D’abord, les produits frais peuvent être utilisés dans la cantine du personnel ou à la maison – pas d’emballage, pas de kilomètres de trajet. Un autre avantage est la possibilité pour les employés de s’impliquer dans l’entretien des jardins, ce qui inspire un lieu de travail collaboratif et un état d’esprit sain, ainsi que la possibilité d’acquérir une nouvelle compétence.

Les jardins d’entreprise peuvent également avoir un impact significatif sur les communautés locales. Les entreprises peuvent soit faire don de la récolte à une ONG voisine, soit aller plus loin en invitant les membres de la communauté à s’occuper des jardins et à profiter ensuite des produits, ce qui permet de nouer des relations sociales et développer l’integration.

Pour aller plus loin dans la démarche, certaines entreprises ont introduit des ruches sur le lieu de travail. Ce phénomène gagne en popularité aux États-Unis, où les entreprises s’engagent à lutter contre le déclin de la population mondiale d’abeilles et, en installant des ruches actives sur leurs campus, permettent l’équilibre naturel du potager.

Quelles que soient les caractéristiques qu’il comporte, le jardin d’entreprise est un dispositif que nous verrons de plus en plus souvent dans les années à venir, car les propriétaires et les occupants accordent de plus en plus d’importance à la fois au développement durable et au bien-être des employés, et créent leurs propres oasis de verdure pour tirer le meilleur parti de leur espace et protéger leur environnement.